Les Vigilantes de Grigny

ACTIVITÉS

INFORMATIONS PRATIQUES

Téléphone : 06 87 14 77 11
Email : ass-les-vigilantes-grigny@orange.fr

Présidente : Corinne CHAVANOUD

Adresse :
Les VIGILANTES de GRIGNY
4 rue Émile Evellier
69520 GRIGNY

 

HISTOIRE & PATRIMOINE : AU COMMENCEMENT ÉTAIENT… LES VIGILANTES

Au second semestre 1944, le Père Joseph Graverolle, curé de Grigny, sollicité par des parents et sentant venir l’engouement des jeunes pour le sport en général et la gym en particulier, contacta la FSCF (FGSPS à l’époque) pour créer une section féminine de gym.

L’Union Départementale du Rhône lui délégua Monsieur Fernand Pariset de l’Espérance de Brignais et figure légendaire de la FSCF qui lui donna tous les renseignements nécessaires et le conforta dans son idée, lui promettant son appui et son aide.

Au premier semestre 1945, dans le cadre du patronage paroissial le jeudi après-midi, le Père Graverolle incluse une heure de gymnastique, tous âges confondus, jusqu’à 14 ans.

Des monitrices plus ou moins assidues et exactes (elles venaient de Lyon en car ou en train) entraînèrent donc. Les entrainements avaient lieu dans la petite salle de la salle de théâtre Brasseur, sur des tapis de coco et des barres parallèles de l’Excelsior. Malgré ces entraînements rudimentaires et décousus, la gym « plaît » aux filles.

Pour la saison 45-46,  la reprise se fait bien, les entraînements ont lieu le jeudi matin. La monitrice a beaucoup de mérite, elle vient de Brignais par tous les temps, à vélo. Le Père Graverolle, compte tenu du bon démarrage, pense à doter le nouveau groupement d’un nom. Pour cela, il interroge les plus âgées des gyms et les dames du bureau. Plusieurs noms sont proposés : Etoile, la Rhodanienne, etc… finalement, ce sera « les Vigilantes ».

Puis la direction se met en règle avec la législation, la société est officiellement déclarée comme une association loi 1901. La parution au Journal Officiel a lieu le 10 mai 1947.

La tenue de l’époque est un bloomer bleu marine et une tunique orange pour les compétitions et pour les défilés, robe blanche, jupe à lés ceinturée par une cordelière en laine verte, terminée par le pompons long. L’écusson est celui qui est rendu obligatoire par la fédération : bleu marine et orange avec les lettres R S F (rayon sportif féminin). Pour compléter le tout, un béret bleu marine et des tennis ainsi que des gants blancs.

Celle par qui les archives de l’association ont pu traverser les décennies et surtout grâce à qui nous possédons un historique complet de la genèse du club à 1973, n’est autre que  Marie-Thérèse Dervieux-Sposini, monitrice générale de 1948 à 1973.

Outre l’enseignement de la gymnastique artistique féminine au sein des Vigilantes, on peut s’essayer à la danse folklorique, au théâtre, à l’athlétisme, au ski à la saison hivernale, puisque les Alpes ne sont pas loin.

De kermesses en gala d’hiver ou d’été, de concours en challenges et championnats, en passant par les congrès, commissions techniques et autres stages de formation, on peut sans nul doute constater que ce furent Les grandes années des Vigilantes.

En 1960, les Vigilantes organisent le challenge des anciens gyms avec l’aide des autres associations grignerotes, solidarité qui se prolongera au fil des années que ce soit avec le monde associatif où les municipalités successives.

Durant les années 70, la danse contemporaine et la gymnastique rythmique et sportive sont désormais proposées aux adhérentes, la gym d’entretien rencontre beaucoup de succès depuis 1964 où la section fut créée. La gym tient le cap, cependant que le théâtre n’est plus.

La liste des bénévoles qui ont œuvré pour les Vigilantes est longue ; lorsqu’ils y sont entrés, ils y sont restés longtemps, malgré la difficulté de la tâche.

Les années 1990 ont vu l’apparition d’un nouveau concept créé par la Fédé : l’éveil de l’enfant et c’est la naissance des Loupiots Tonics, une autre activité phare du club au moment où la gym s’essouffle faute de cadres. A l’aube du troisième millénaire, plus de gymnastique rythmique , mais plusieurs styles de danse, orientale, flamenco, salsa, danse de salon, rock, se succèdent. L’activité yoga débute et perdure. La gym détente maman bébé et  les  premiers pas vers l’éveil sont également proposés.

Les Vigilantes, ce sont depuis de nombreuses années plus de 300 adhérents.

Les années 2000 ont vu le départ de la gym féminine, ainsi va la vie. Et de twirling, en danse classique, en passant par la danse africaine, la sarbacane ou le self-défense, les Vigilantes sont encore là. On pratique depuis quelques saisons maintenant la zumba, l’aéro dance, le qi gong, le pilates, le circuit training et  tout récemment les arts du cirque.

En 2018, nous enregistrons toujours l’adhésion de Simone qui était déjà là en 1945, certes toute petite, mais…

Les adhérents ne sont pas tous grignerots et c’est tant mieux d’être connu et reconnu.

Pour l’heure la tâche consiste à chercher, et surtout à trouver de nouvelles bonnes volontés, pour avancer dans le temps, innover aussi, faire perdurer autant que faire se peut les activités avec des animateurs compétents, pour le plaisir des adhérents, dans le respect de chacun.

Car le meilleur est à venir… AVENIR.



 

Où pratiquer

Rechercher une activité

et
km alentour

Boutique nationale

NOUVEAU PRODUIT 

Agenda FSCF 2020-2021

bloc_boutique_1.png

Suivre notre actualité

MULTIMEDIA

multimedia.png

fscf-logo-bloc_0.png